Généathème mai 2022 : les métiers anciens - Gens de mer, 2e partie

Des travailleurs de la mer… à terre !


Dans la 1e partie de cette série #Généathème sut les Gens de mer, je partais à la rencontre des travailleurs en mer de ma famille maternelle.

Les Pays-Bas sont en effet un pays de marins : son économie repose en grande partie sur les transports maritimes et fluviaux.

C’est aussi un pays dont une partie importante de la surface actuelle a été gagnée sur la mer depuis plusieurs siècles, grâce à un système de digues très sophistiqué.


C'est ainsi que plusieurs de mes ancêtres ont contribué à cette économie maritime tout en travaillant à terre.


La construction navale


Scheepmaker : constructeur naval


Les ouvrier des chantiers navals travaillaient dans des "scheepwerven". Les bateaux étaient la plupart du temps construits à vue (sans plan) et en bois. Une grande partie des ouvriers étaient donc des charpentiers (scheeptimmerlieden). Ilsétaient rejoints selon les besoins par des ouvriers spécialisés dans les poulies (blokmakers), des forgerons (smeden), des peintres (schilders), des fabricants de voiles (zeilmakers) ou encore des fabricants de cordages (touwslagers).

Dans mon arbre, c'est le beau-frère de Wijntje de GEUS (sosa 123), Pieter SINTERNICOLAAS (°1803), qui a travaillé comme scheepmaker à Dordrecht, grande ville insulaire de Hollande-Méridionale, située sur le delta du Rhin.


Construction navale
Petit chantier de construction navale vers 1890. Source : "Papendrecht en zijn oude scheepswerven"

Mastenmakers : les fabricants de mâts


Les bateaux étaient, nous l'avons vu, le plus souvent en bois, et ils étaient également la plupart du temps à voiles. Les ouvriers fabricants de mâts de bateaux étaient donc nombreux à travailler à proximité des chantiers navals, comme ce fut le cas de Matthijs van der WELLE (°1804 +1881), le frère de mon aïeul Jan van der WELLE.

Pour construire un mât :

  • scier un tronc dans son épaisseur pour lui donner une forme carrée

  • le scier ensuite dans sa longueur, et le recoller avec l'intérieur à l'extérieur, afin d'éviter le retrait du bois

  • scier ensuite le poteau dans son épaisseur, pour le rendre plus étroit en haut qu'à sa base

  • le retailler pour lui donner une forme octogonale, puis le raboter pour l'arrondir, avant de le poncer.

Clipper
Clipper à deux mâts sur la Vieille Meuse, vers 1920. Source : "Papendrecht en zijn oude scheepwerven"

Travaillers dans les ports


Bootwerker : docker


Le frère de Suzanna de VOS (sosa 31), Jacob (°1871 +1944) a travaillé à charger et décharger les navires dans le grand port industriel de Rotterdam.


Dockers
Dockers. Source : Geneanet, projet Cartes postales

Travailler sur les digues


Dijkwerker : Ouvrier sur les digues

Depuis des siècles, des hommes (et des femmes ?) travaillent sur les digues afin de gagner de la terre sur la mer. Depuis le 13e siècle, 7000 km² de terre ont été enlevés à la mer, ce qui représente 20% de la surface actuelle des Pays-Bas. Les terres ainsi asséchées sont appelées des polders.


Le beau-frère de Jannetje van de GEVEL (sosa 97), Jan LOKKER (°1795 +1891) fait partie des nombreux anonymes qui ont contribué à cet immense chantier. Il travaillait à Sommelsdijk, sur l'île de Goeree-Overflakkee, elle-même constituée de petits polders réunissant plusieurs îles.


Les travailleurs des digues ont littéralement façonné les côtes des Pays-Bas et de nombreux hommages leur ont été rendus :

Photo de gauche : ouvriers travaillant sur la digue de Westkapelle (Zélande), en 1900

Photo du milieu : timbre de 1950 en hommage aux ouvriers des digues

Photo de droite : monument commémoratif sur la "Afsluijtdijk" (digue du Nord, grande digue qui ferme le Zuiderzee)

 

SOURCES